Quand j’étais enfant, je créais des variations de « sundae » au chocolat (c’était mon dessert préféré !) et je rêvais d’avoir une crèmerie pour en vendre aux gens. Gourmande de nature, je cuisinais dès la quatrième année des crêpes dans la graisse (les crêpes de cabane à sucre) arrosées de sirop d’érable ou de mélasse, ou encore ensevelies sous de la cassonade.

Heureusement, mes études collégiales en Techniques de diététique m’ont sensibilisée à l’importance de manger sainement, tout en créant des recettes savoureuses. Précision : des crêpes de cabane à sucre une fois par année, c’est délicieux! Tout est une question d’équilibre.

Ceux qui me connaissent sauront que le rôle d’employé ne me collait pas très bien à la peau, et ce, depuis mon très jeune âge. J’espérais devenir mon propre patron (ainsi que ma meilleure amie qui dès le début de la vingtaine voyait bien que l’autorité patronale n’était pas facile pour moi). J’ai ainsi travaillé sept ans comme technicienne en diététique et je poursuivais des études en administration, sans pour autant trouver l’élan ni l’idée pour démarrer mon entreprise. Les années ont passé et j’ai progressé au sein du Mouvement Desjardins pendant quatorze ans.

Finissante au programme de Techniques de diététique - 1995

Finissante au programme de Techniques de diététique – 1995

À quarante ans, le même rêve m’habitait toujours : avoir mon entreprise. Des événements professionnels m’ont ramené dans ma cuisine où je faisais des biscuits pour passer le temps. Un jour pendant que j’enseignais au programme de lancement d’une entreprise, j’ai eu l’idée créer une entreprise fictive de biscuits pour expliquer les notions d’inventaire avec des composantes de fabrication faciles à retenir : de la farine, des œufs, du sucre et des brisures de chocolat. À force d’en parler, elle prenait forme dans ma tête et sur papier, mois après mois. J’ai débuté la vente de mes biscuits sur le site Cuisine Voisine, entreprise qui a été fondée par mon amie Kathleen MacDonald, femme authentique et inspirante. C’est ainsi que j’ai commencé à bâtir ma clientèle pour ensuite démarrer La Fabrique Gourmande. C’est comme sauter en parachute : on lâche prise et on fait confiance.

Maintenant que je suis une adulte, ce n’est pas seulement d’être mon propre patron qui est important pour moi. C’est d’offrir des produits de grande qualité nutritive et gustative, c’est aussi de valoriser les produits et les producteurs d’ici, c’est de créer des produits au juste prix et finalement c’est de prouver qu’on peut manger à la fois nutritif et gourmand.

Ça y est, j’ai grandi et je suis maintenant une entrepreneure. Une expérience à la fois vertigineuse, unique et fantastique.

Bienvenue dans le monde d’une épicurienne passionnée et gourmande!

Crédit photo: Éric Morasse Bulletin des Chenaux

Crédit photo: Éric Morasse
Bulletin des Chenaux